+++ TEXTES +++



LA MOYENNE


Donne-moi de la morphine, des amphétamines, de l’opium dans le cul, de la coke a lécher, je ne sais pas, quelque chose pour me tenir, me retenir, ou bien au contraire pour me laisser tomber, ne pas rester dans cette indifférence, dans cet à-peu-près-quelque-chose, ou dans ce « certainement-presque-rien »,

Fais-moi crever dans ce bain, laisse le rougir de sang, de sens, enfin. Je n’suis pas encore assez adolescente pour y croire a la mort romantique, pour espérer que ça fera de moi quelqu’un.

J’ai enterré mes rêves, j’ai foutu aux chiottes un gamin,

Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine.

J’ai dessiné sur ma peau les douleurs au stylo, au rasoir, au couteau. on dit de moi que je suis abimée. Usée. Fracassée. On dit de moi que je suis une femme blessée. Une flamme baisée. J’ai cent ans dans le miroir. je ne me suis pas bourrée la gueule, ni droguée. J’ai mangé.

Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine.

 

J’ai mangé le manque, la déception, j’ai mangé les orages, les solitudes, j’ai mangé le désespoir, j’ai mangé tout ceux qui n’étaient pas la, tout ceux qui ne répondaient pas, j’ai mangé le mépris, et je me suis resservie. J’ai pas mangé, j’ai bouffé, j’ai bouffé les baffes, j’ai bouffé les « bof », j’ai bouffé les bouffons, j’ai bouffé de l’aigreur, de la pâleur, des pas-envie, des pas-le-temps, j’ai bouffé pour me gaver, pour disparaitre, pour ne pas être.

Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine.

Je ne suis pas devenue une icone, droguée et anorexique, non je ne suis même pas de cette trempe la. Je suis devenue grosse. C’est moins glamour. Je ne suis pas morte, mais pas vraiment en vie. Je tiens. Pour rien. Je suis de ces fantômes. je suis la classe moyenne. Le beauf moyen. Le pas-très-intelligent, mais pas complètement demeuré. Juste assez pour savoir que je ne sais rien. Juste assez pour comprendre que je ne comprends rien. Juste assez pour voir que je ne suis pas comme eux. Juste assez pour voir que le monde fout la gerbe, mais pas assez pour vomir.

Je n’suis pas vraiment blanche, pas vraiment noire, je n’suis pas riche, pas si pauvre, je n’ suis pas religieuse, ni athée. Je suis de la pire race, de la pire génération, de ceux qui n’croient en rien, qui ne viennent de nulle part, et qui ne vont nulle part. je ne suis la fille de personne, mais je ne suis pas abandonnée. Je suis juste moyenne.

Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine. Je suis la moyenne, à peine, à peine


A LA FOLIE

Alors on est là, comme deux cons, comme deux cas, comme deux chaos, comme deux cassés, éclopés, écoeurés, , éclatés.

Alors on est la, à s’regarder, comme deux amoureux, comme deux ames heureuses, comme deux gamins qui avaient trop faim, qui avaient trop soif, qui avaient trop envie.

Alors on est la, comme deux casse-coups, deux casse-gueules, deux connards, deux crevards, qui ont pas su faire, qui ont pas su dire, qui ont pas su tout court.

Et pourtant, ça parait si simple, un soir, à la folie. Si simple, un soir, à la folie.

Alors on est là comme deux ivrognes meme pas ivres, comme deux nombrils, meme pas rassasiés, on est là se vouloir, a plus oser pouvoir, juste vouloir parler, et marcher là, main dans la main, dans les rues, même plus si glauques de cette ville meme plus si grise.

Et pourtant, ça paraissait si simple, un soir, à la folie. Si simple, un soir, à la folie. Si simple, un soir à la folie.

Alors on est là comme deux sacs de bordel, comme deux en vrac, comme deux mortels, bafoués, dechirés, on est la au milieu des larmes et des rires, à savoir qu’on va en crever, et avant, et après, et avant et après.

Mais c’est pas grave, parce que ça parait si simple, un soir, à la folie. Si simple, un soir, à la folie. Si simple un soir à la folie. Si simple un soir à la folie.

Alors on est là comme deux villes d’après-guerre, comme deux ports d’apres-tempête, comme deux Boulevard Barbès, comme deux mélodrames de série-télé, deux « Dallas » à la con, comme deux « Titanic », deux films hollywoodiens qui finissent mal, mais qui pourraient finir bien ! Au prochain tome tu sais, si ca marche, y aura un nouvel épisode on est la comme deux rockstars échouées, sauf qu’on n’est pas rock, et qu’on n’est pas stars, on n’est meme pas camés, juste drogués l’un a l’autre,

Et ça parait si simple, un soir, à la folie. , ça parait si simple, un soir, à la folie. Si simple, un soir, à la folie.

Alors on est là comme deux obsédés, comme deux obsessions, comme deux obscures cons, comme deux tours de Manhattan qui se sont pris des avions dans la gueule, on est la comme un « ground zero », comme une rédac’ de « Charlie hebdo », comme le silence d’apres détonation, comme une ville décimée, comme un connard de conflit de nations,

on est la comme notre monde, étranges, étroits, maladroits, renversés, troublés, percutés, étriqués, trompés, trop d’amour, et trop de haine, trop d’envie, et trop de peine, et on pue les « j’ose pas », les « je peux pas », « j’ai trop peur », « j’ai trop froid », « j’ai trop souffert », j’ai trop souffert…

On est là avec notre mal de bide, notre mal de crâne, on est là, avec notre mal de vivre, notre mal, notre mal…

Et ça parait si simple, un soir, à la folie. , ça parait si simple, un soir, à la folie. Si simple, un soir, à la folie. Si simple, un soir, à la folie. Si simple, un soir, à la folie.

 

Voilà, on est là comme deux cons, comme l’amour impossible, comme l’amour invincible aussi, comme deux cons, et on ne sait pas la fin de l’histoire, non, on ne sait pas la fin de l’histoire.

Parce que la vie parfois est aussi simple, qu’ un soir à la folie. Un soir, à la folie. Parce que la vie parfois, est aussi simple qu’un soir, à la folie. un soir, à la folie. A la folie. A la folie.


IL FAUT

Faut lutter pour sourire,

Faut sourire pour lutter

Faut s’aimer pour le pire

Et au pire faut saigner

Faut saigner des soupirs

Des sur-pires, des surfaits

Rester sourds aux souvenirs

Et surtout s’oublier

Faut lutter pour survivre

Faut sous vivre et payer

Faut surtout s’interdire

D’oser meme y penser

Sois content, tu respires

Le pire serait d’y rester

Reste encore à venir,

Avenir tout tracé

Faut lutter pour sourire

Faut sourire pour lutter

Faut lutter pour sourire

Faut sourire pour lutter

 

Faut qu’javance

Dans l’bon sens

Sans remord ni regret

Faut s’aimer dans l’urgence

Sans avant, sans apres

Il faut mener la danse

Savoir lancer les dés

Faut avoir à outrance

Sans jamais s’arrêter

Faut qu’ça passe, sans se plaindre

Sans t’attendre, sans t’étreindre

Faut qu’ça casse, sans atteindre

Sans folie, sans seringue

Faut surtout pas oser,

Espérer, supplier

Faut sûrement moins penser

Sûrement s’y résigner

Faut lutter pour sourire

Faut sourire pour lutter

Faut lutter pour sourire

Faut sourire pour lutter

Faut des frasques et du fric

Baisse ton froc, prix uniques

Des sentiments en toc

Des centimes, et des tics

Au taquet, pas de loques

Qu’ca sente la réussite

Faut qu’ça charme, que ça choque

Que ça baise en orbite

Faut lutter pour sourire

Faut sourire pour lutter

Faut lutter pour sourire

Faut sourire pour lutter


J’AIME PAS LES GENS

J’aime pas les gens,

J’aime pas les gentils, les gens bons, les j’entends

J’aime pas les gens,

J’aime pas leurs regards, leurs retards, leur relans

J’aime pas les gens,

J’aime pas les silencieux les bruyants

J’aime pas les gens

J’aime pas les timides, les trouillards, les truands

J’aime pas les gens

Refrain :

J’aime pas les Gens

Je leur ressemble quand même vachement

J’aime pas les gens

Ils me le rendent bien pourtant

J’aime pas les gens

Je leur ressemble quand même vachement

J’aime pas les gens

J’aime pas les gens

J’aime pas les mous cons, les moustaches, les mous chiants

J’aime pas les gens

J’aime pas les noirs, j’aime pas les blancs

J’aime pas les gens

J’aime pas les vieux, ni les enfants

J’aime pas les gens

J’aime pas les enflures, les enfers, les fuyants

J’aime pas les gens

Refrain :

J’aime pas les Gens

Je leur ressemble quand même vachement

J’aime pas les gens

Ils me le rendent bien pourtant

J’aime pas les gens

Je leur ressemble quand même vachement

J’aime pas les gens

J’aime pas les gens

J’aime pas les perdus, les pardon, les perdants

J’aime pas les gens

J’aime pas les pugnaces, les rapaces, les rampants,

J’aime pas les gens,

J’aime pas les super positifs, les hyper productifs, les relous de services

Les trop forts, trop parfaits, trop gagnant, j’aime pas les gens,

J’aime pas les sportifs, les actifs, les actrices, les poètes, les pédants

J’aime pas les gens

J’aime pas les ultra politiques, les cons d’ abstentionnistes, les bouffons sur M6,

J’aime pas les gens

J’aime pas les extremes, et les mous de centristes, religieux en tout genre, ou super-athéistes, je deteste les banquiers, les p’tits chefs, les soumis,

J’aime pas les gens

J’aime pas les grandes gueules, anarcho- defaitistes, rois du monde qui se croient surement altruistes, les connards d’la télé, les sans-cerveaux du twit, les blogueurs à la con,

Et je hais les artistes.

Refrain :

J’aime pas les Gens

Je leur ressemble quand même vachement

J’aime pas les gens

Ils me le rendent bien pourtant

J’aime pas les gens

Je leur ressemble quand même vachement

J’aime pas les gens

J’aime pas les genS


Hell-elujah

Les plein’l’dos,

les plein l’cul

les fous le camp

je les comprends

mal aux os,

malotrus

mal au dents

je les entends

les plein l’coeur

des aigreurs

des erreurs

je les comprends

mal au crane,

mal à l’ame,

mélodrame

je les entends

les pense-betes

les pansements

les on s’ment

je les entends

les pince moi

les panse moi

n’y pense pas

je les entends

je les entends je les entends

REFRAIN:

Mon ami, sans voix ni    vent

danse au clair du ciment

mon amour sans foi ni loi

hell-elujah

mon ami, sans voie, ni vent

danse au clair du ciment

mon amour, sans foi ni loi

hell-inchallah

etc.

les courages

les coups d’barges

coups et rage

assurément

dérapage

des ratages

des degage

assurément

les prends moi

les pends moi

épouse moi

assure puis mens

les rapaces

vieille carcasse

les j’me casse

je les entends

les adieux

les pas mieux

les trop vieux

je les compends

les ta gueule

les trop seuls

les degueule

les folies

les faux rires

les fossiles

je els comprends

les brisés

les déviés

oubliés

je les entends, je les entends, je les entends

Mon ami, sans voix ni vent

danse au clair du ciment

mon amour sans foi ni loi

hell-elujah

mon ami, sans voie, ni vent

danse au clair du ciment

mon amour, sans foi ni loi

hell-inchallah

etc.

les colères

les j’digère

désespère

je les entends

les violences

les nuisances

les absences

je les comprends

les j’men veux

les j’te veux

les sur l’feu

je les entends

Les j’ten prie

j’te maudis

j’te supplie

Mon ami, sans voix ni vent

danse au clair du ciment

mon amour sans foi ni loi

hell-elujah

mon ami, sans voie, ni vent

danse au clair du ciment

mon amour, sans foi ni loi

hell-inchallah

ETC.


SI ON A CA DANS LE SANG

Attention à l’atterrissage

Au tambour, et aux tremblements

Attention si le dérapage

Arrive avant le commencement

Tant pis si l’on se blesse

Tant pis si l’on s’y prend

Tant pis si on y laisse

Quelques plumes et quelques dents

Si on a ca dans le sang

Si on a ça dans le sang

Attention au droit de passage

Et biensûr à la bienséance

Attendons l’erreur d’aiguillage

Les cons surs, les condoléances

Tant pis si ça se gâte

Tant pis si l’on nous pend

Tant pis si à la hâte

Tout nous vomit dans le ventre

Si on a ca dans le sang

Si on a ça dans le sang

Attends-toi a ce vieil adage

Aux démons démesurément

Attentat aux voies de garage

Aux viscères viles comme le vent

Tant pis si l’on se gache

Tant pis si tu te mens

Tant mieux si tu m’arraches

La vie comme un pansement

Si on a ca dans le sang

Si on a ça dans le sang

Si on a ca dans le sang

Si on a ça dans le sang

 

Attention à l’atterrissage

Au tambour, et aux tremblements

Attention si le dérapage

Arrive avant le commencement

avant

avant

le « comme on s’ment »


Tutto va bene

Maman j’ai mal au monde

On a pris l’sourire d’ la Joconde

Au 8 10 10 deviens une star

Super-héros, super connard

Supermarché, super-crédit

Concours de queue à Miami

Super besoin, super envie

Super plus rien, super aigri

Maman, j’ai mal aux mains,

A force de tenir le chagrin

Juste avoir l’air, mais l’air de rien

Deviens branché, tu s’ras quelqu’un

Maman, j’ai mal au monde

Mais bien accrochés à ses décombres

On pourrait peut-être

Tout défaire

Tutto tutto tutto va bene

Tout refaire

Tutto tutto tutto va bene

Tout défaire

Tutto tutto tutto va bene

Tout refaire

Tutto tutto tutto va bene

Maman, j’ai mal au monde

Y a plus de vautours que d’colombes

On fera plus d’révolutions

Trop attachés à nos i-cons

A nos i-trucs, à nos idoles

Bien marketés les porte-paroles

Les porte-rien, les porte-vides

Les porte-manteaux du suicide

On en bouffe du poète en barre

Qui s’croit rebelle au fond des bars

Qui rêve même plus d’refaire le monde

Le nez poudré au fond d’une blonde

C’est « fais c’que j’dis mais pas c’que j’fais »

C’est du « sincèrement enculé »

Les petits rois en haut de leur tour

Pas de Babel, mais Clignancourt

Maman, j’ai mal au monde

Mais bien accrochés à ses décombres

On pourrait peut-être

 

Tout défaire

Tutto tutto tutto va bene

Tout refaire

Tutto tutto tutto va bene

Tout défaire

Tutto tutto tutto va bene

Tout refaire

Tutto tutto tutto va bene

Maman j’ai mal au monde

On a pris le sourire d’la joconde

Au 8 10 10 deviens une star

Super-héros, super-connard

Qu’est ce qu’on va dire à nos gamins

De quoi ils rêveront demain

Décolle les yeux de leur écran

Je voudrais bien qu’on prenne le temps

De le regarder l’océan

De le regarder l’océan

On pourrait peut-être

 

Tout défaire

Tutto tutto tutto va bene

Tout refaire

Tutto tutto tutto va bene

Tout défaire

Tutto tutto tutto va bene

Tout refaire

Tutto tutto tutto va bene

 


VERSÉS EN BOULE

C’est dingue comme on peut vieillir d’un coup. Comme on peut prendre des cheveux blancs, des rides, des cernes, des tics, des tocs, des travers, et puis meme qu’on en a rien a foutre. C’est dingue comme on peut se sentir ailleurs. autrement. c’est pas la vie qui change, c’est la manière dont on la voit.

REFRAIN : On était bouleversés. bouleversés, versés en boule, mais c’est quoi ce mot de con? Dictionnaire à la con. On n’est pas bouleversés Boule versée. Versés en boule? Mais c’est quoi ce mot à la con, dictionnaire à la con?

C’est dingue comme on s’est retrouvés la, gamins abandonnés, avec nos coeurs ratatinés de douleurs. on y a laissé, notre enfance, notre adolscence, notre innocence, notre naiveté, notre courage, notre inscouciance, dans ton trou, là, avec toi. on y a laissé les chansons, les boissons, les trop-bu, les passe-moi-le-jack, les gueulantes, les gueulards, les gueules de bois, les degueux, on y a laissé nos gerbes, nos stress, nos peurs, nos rêves, nos cauchemars, nos espoirs. nos espoirs…

On était bouleversés. bouleversés, versés en boule, mais c’est quoi ce mot de con? Dictionnaire à la con. On n’est pas bouleversés Boule versée. Versés en boule? Mais c’est quoi ce mot à la con, dictionnaire à la con? On était bouleversés. bouleversés, versés en boule, mais c’est quoi ce mot de con? Dictionnaire à la con. On n’est pas bouleversés Boule versée. Versés en boule? Mais c’est quoi ce mot à la con, dictionnaire à la con?

 

C’est dingue comme on prend concience d’un coup en pleine face, de la violence de la tragedie du drame inexorable, demain c’est maintenant, aurevoir c’est maintnenant, je t’aime c’est tout de suite, je t’embrasse, je t’adore, je t’entoure, c’est maintenant, pas après, pas après, pas apres. On le sait, on le savait, on le saura, mais comme des cons, on est la, a suivre la meme route, le meme chemin de culpabilité, de trop tard, de j’aurais du, de j’aurais pu, de pourquoi, de comment, et pour toi, de pourtant…

On était bouleversés. bouleversés, versés en boule, mais c’est quoi ce mot de con? Dictionnaire à la con. On n’est pas bouleversés Boule versée. Versés en boule? Mais c’est quoi ce mot à la con, dictionnaire à la con? On était bouleversés. bouleversés, versés en boule, mais c’est quoi ce mot de con? Dictionnaire à la con. On n’est pas bouleversés Boule versée. Versés en boule? Mais c’est quoi ce mot à la con, dictionnaire à la con?

 

Y a pas de mot. Y a pas de film. Pas de chanson. Pas de peinture. Y a pas de page. Un arrêt sur image. un arrêt sur visage. on n’sait plus. c’est flou. les souvenirs. les sourires. on sait que t’es plus la, pourtant on ne sait pas. on sait pas trop ce qu’on pleure puisqu’on est persuadés que tu seras la, la prochaine fois, le prochain coup, le prochain verre, la prochaine connerie. On n’enterre pas un pote. non, on n’enterre pas un pote. on le garde bien là, on le garde là.

On était bouleversés. bouleversés, versés en boule, mais c’est quoi ce mot de con? Dictionnaire à la con. On n’est pas bouleversés Boule versée. Versés en boule? Mais c’est quoi ce mot à la con, dictionnaire à la con? On était bouleversés. bouleversés, versés en boule, mais c’est quoi ce mot de con? Dictionnaire à la con. On n’est pas bouleversés Boule versée. Versés en boule? Mais c’est quoi ce mot à la con, dictionnaire à la con?

 

Qu’ils te prennent ton corps. on l’encule la mort. On te tient avec nous. dans nos bras, dans nos larmes, dans nos pas, dans nos peaux qui s’affaissent, qui fletrissent, qui pourrissent, on a peur mais on y va le coeur brisé mille fois, et on se tient nos mains, tant qu’on a des mains, et on se tient la tete haute tant qu’on l’a hors de l’eau. On est tous un peu mort à ton dernier souffle tu sais? Non, tu savais surement pas. qu’on serait amputés de toi. Tu savais surement pas, qu’on avancerait comme ça, on avancera.

On était bouleversés. bouleversés, versés en boule, mais c’est quoi ce mot de con? Dictionnaire à la con. On n’est pas bouleversés Boule versée. Versés en boule? Mais c’est quoi ce mot à la con, dictionnaire à la con? On était bouleversés. bouleversés, versés en boule, mais c’est quoi ce mot de con? Dictionnaire à la con. On n’est pas bouleversés Boule versée. Versés en boule? Mais c’est quoi ce mot à la con, dictionnaire à la con?

Mais c’est quoi ce mot de con?

Mais c’est quoi ce mot de con?

Dictionnaire à la con.

C’est dingue comme on peut vieillir d’un coup.

 


VIVANT

Ils parlent comme ils respirent

Des mensonges à échappement

De la fumée de sourires

Des pec-ticides dans le sang

Ils parlent comme ils respirent

Mensonge À retardement

Des colorants plein le rire

Des prières pour du rendement

 

Est ce qu’on est vivant ?

Est ce qu’on est vivant ?

Est ce qu’on est vivant ?

Ils parlent pour ne rien dire

La nuit ils comptent les moutons

Qui cet été vont mourir

On a fait fondre les glaçons

Pourquoi on s’attend on pire?

On a tué thon sur thon

Un peu sali la tirelire

Du sang gavé de millions

Est ce qu’on est vivant ?

Est ce qu’on est vivant ?

Est ce qu’on est vivant ?

Est ce qu’on est vivant ?

Est ce qu’on est vivant ?

Est ce qu’on est vivant ?

Ils parlent tant qu’on se tait

Tant qu’on se gave de vide

De vide plein nos télé

Nos « vingt heures » et nos suicides

Parlons pour bien leur dire

Le bonheur est pas dans l’blé

Que leurs grimaces font vomir

Et qu’on les fera grincer

Puisqu’on est vivant

Puisqu’on est vivant

Puisqu’on est vivant

Puisqu’on est vivant


QUI VERRA VIVRA

Profitons de la fête

Profil bas et prophète

C’est la guerre plein ta tête

Mais nous, « on ne voyait pas »

Profitons des tempêtes

Profits et quelques dettes

Gueule de bois de planète

Mais nous, « on ne savait pas »

Profitons bien des miettes

On se vend, on s’achète

Pendant que l’on nous guette

Mais nous on ne voyait pas

Ne voyait pas

NON NON NON NON NON NON

NON NON NON NON NON NON NON

QUI VERRA VIVRA

NON NON NON NON NON NON

NON NON NON NON NON NON NON

QUI VERRA VIVRA

Dansons à la taurine

Tes baskets et la chine

De la barbe à l’échine

Mais nous, « on ne savait pas »

Dansons hémoglobine

Tu te marres marketing

Bien pensant et missiles

Mais nous, « on ne savait pas »

Dansons fluo-xetine

Tablette dans la rétine

Des camps et des cantines

Mais nous « on ne voyait pas »

Ne voyait pas

NON NON NON NON NON NON

NON NON NON NON NON NON NON

QUI VERRA VIVRA

NON NON NON NON NON NON

NON NON NON NON NON NON NON

QUI VERRA VIVRA

Qui verra vivra qui verra vivra qui verra vivra

Taxer les hirondelles

Les chansons, les chandelles

Jusqu’à mon rouge à lèvres

Mais moi je ne me marche pas

Imposez les hivers

Flashez les fourmilières

Les torrents, les rivières

Mais moi je ne marche pas

Possédez mes poèmes

Mon image, mes « je t’aime »

Mon blase, et mon rimmel

Mais moi je ne marche pas

Ne marche pas

NON NON NON NON NON NON

NON NON NON NON NON NON NON

QUI VERRA VIVRA

NON NON NON NON NON NON

NON NON NON NON NON NON NON

QUI VERRA VIVRA

Qui saura sera

Qui saura sera

Qui verra vivra


PERDUE.COM

Ils ont mis une antenne à mon coeur

Parait que c’est pour la 4G

Pour aller plus vite au cercueil

Des giga-vides a downloader

Ils ont mis une antenne à mon coeur

Parait que c’est pour mieux surfer

A fond le wifi dans les fleurs

Si tu vas pas vite, t’as tout raté

J’suis perdue.com

J’suis perdue point com

J’suis perdue point conne

J’suis perdue, point. Point

Ils ont mis du ciment sur les peines

Et du béton sous l’olivier

Des sourires brights et des je t’aime

Comme des « j’t’emmerde », javellisés

Ils ont mis du ciment sur nos lèvres

Et des pièges à cons à nos pieds

Le meilleur des monde n’a pas de haine

La haine c’est que pour les ratés

J’suis perdue.com

J’suis perdue point com

J’suis perdue point conne

J’suis perdue, point. Point

Ils ont mis des appli plein nos têtes

Pour éviter de trop penser

Qu’à l’autre bout de la planète

On n’a meme pas de quoi bouffer

Ils ont mis des applis plein nos têtes

Pour éviter de se r’garder

Des réseaux a-sociaux pas si nets

Si tu vas pas vite, t’as tout raté.

J’suis perdue.com

J’suis perdue point com

J’suis perdue point conne

J’suis perdue, point. Point

J’suis perdue, j’suis perdue, j’suis perdue.

J’suis perdue.com

J’suis perdue point com

J’suis perdue point conne

J’suis perdue, point. Point